Les femmes de l’Équateur bénéficiaires du projet d’appui à la reconnaissance de droits fonciers et forestiers ont capitalisé les acquis

Soutenons la cfledd

Une mission a été réalisée dans la province de l’Équateur, au mois de septembre 2020, dans laquelle des séances de formation ont eu lieu dans l’enceinte de la salle de conférence du centre ISIDORE-BAKANJA. Le but était de suivre et évaluer les impacts des activités de formation et l’implication des femmes dans différents programmes REDD+ engagés dans cette contrée.

C’est dans ce cadre, que la CFLEDD appuyée par la RFN, exécute le projet d’Appui à la reconnaissance des droits fonciers et forestiers des femmes à tous les niveaux par son implication dans les activités de réduction de déforestation ; dont l’un de ses objectifs consiste à : Renforcer les capacités des femmes en matière de connaissance des lois et textes réglementaires dans les aspects forestiers et fonciers, sur les différents outils de la gouvernance REDD+, sur le para juriste, technique de plaidoyer, le genre en vue de faciliter la prise en compte de leurs intérêts dans les mécanismes et programmes de lutte contre le déboisement et la dégradation des forêts. Quelques provinces ont été choisies pour bénéficier des activités dudit projet notamment la province de l’Équateur.

Le consultant Romillard LOSALE a disposé aux participantes des fiches d’enquêtes afin d’évaluer leur participation et implication dans les différents programmes engagés dans leur province ; collecter les informations (forces et faiblesses des ONGs membres de la CFLEDD) pour améliorer les interventions des femmes en vue d’une meilleure organisation et recueillir des recommandations supplémentaires dans le but d’améliorer l’approche de plaidoyer de la CFLEDD.

À l`issu des échanges de ces ateliers ; les activités de renforcement de capacité, les formations ont été bien assimilé par les bénéficiaires et elles ont eu une compréhension appréciable des thématiques abordées. Ces femmes leaders font preuve de dynamisme dans leurs communautés respectives et cherchent à confirmer leur leadership en étant actives dans les activités communautaires. Il faut noter qu’en dépit des efforts consentis par ces vaillantes femmes, elles ont encore des difficultés d’intégrer les instances suite aux préjugés, stéréotypes, des uses et coutumes préétablis.

Par audry Mbal