To Batela Zamba (sauvegardons la forêt)

lors de Pièce de Théâtre sur le changement climatique et la déforestation intitulé « to batela zamba »
Soutenons la cfledd

To Batela Zamba (sauvegardons la forêt) : Pièce de Théâtre sur le changement climatique et la déforestation intitulé « to batela zamba » qui a été joué lors du FORUM DES JEUNES SUR LE CLIMAT “FOJEC 3”.

Le groupe théâtrale double onction double portion a joué une pièce qui relate une histoire ci-dessous :

une femme au village avait perdu son mari et un de ses fils était parti en ville (Kinshasa) après un certain temps il revient au village auprès de sa mère avec une grande joie. À son arrivé ils trouvèrent sa mère avec son oncle en pleine conversation. Sa maman, la veuve avait besoin de bois pour sa maison, et son oncle était venu chez elle pour trouver une machette pour partir dans la forêt et faire un four enfin d’obtenir 5 sacs de braise. En ce moment le fils leur disait que dans la ville il y a une forte augmentation de besoins de bois de chauffe et que lui aussi, il avait besoin de 500 fagots de bois ; qui est pour lui une grande opportunité d’affaire. Ensemble avec son oncle et sa mère, ses réjouirent avec éclat de la richesse de leur forêt.

Pendant qu’ils s’apprêtaient de partir dans la forêt, ils rencontrent une femme d’affaires avec toute une troupe des jeunes musclés du village en direction de la forêt. Ils s’arrêtent et demandaient à cette femme d’affaires : pourquoi vous emmenez de jeunes derrière vous avec des haches et de machettes. Elle leur répondit qu’elle a une commande importante pour ses clients en ville qui désirent : 10 000 chevrons, madriers et planches. Elle ajouta qu’elle ne va faire que 2 semaines puis elle va s’en allée. Alors le fils et l’oncle se précipitassent dans la forêt en premier, car ils craignaient que les arbres puissent diminuer et un trouble mêlé d’agitation s’emparèrent d’eux et des villageois à cause de cet attroupement. Pendant leur agitation, un groupe d’agriculteurs venus fraichement de la forêt se croisèrent avec cet engouement.

Les agriculteurs leur dirent qu’eux aussi, ils ont déjà coupé une grande partie de la forêt pour leurs champs envie d’augmenter la prochaine production.

Le fils et l’oncle s’inquiétèrent avec tristesse que leur demande en bois ne sera satisfaite. Mais une agricultrice qui était là leur dit qu’il y a encore la forêt car la forêt est grande depuis les aïeux, s’exprimant-elle avec une pensée purement absurde. Une seule pensée leur était venue en tête « s’il faut se battre nous allons nous battre car cette forêt est de nos ancêtres puisque cette femme n’est pas d’ici ». Aussitôt un jeune intellectuel du village se forçat de faufilé pour apaiser la tension qui monta vertigineusement entre les deux camps. Il leur explique alors que ceux qu’ils ont l’habitude de faire et prétendaient encore le faire sont à la base du changement climatique et lorsqu’il coupe la forêt ils font la déforestation et que faire l’agriculture en commençant par brulé la forêt entraine aussi le réchauffement climatique. Ils restèrent calmes tout ébaubis en s’étonnants de mots qu’ils n’ont jamais entendus parler de toutes leurs vies. En suite le jeune leur expliqua en termes simples l’importance de la forêt et pourquoi il faut reboiser pour pérenniser les ressources des forêts.

C’est alors qu’ils comprirent qu’ils étaient les auteurs du changement climatique dans leurs villages, ils abandonnèrent leurs idées pour de bonnes pratiques en reboisant leur forêt lorsqu’ils le coupent. Ils ont décidé de créer leurs propres vergés, en abandonnant l’agriculture itinérante sur brulis pour les bonnes pratiques telles que l’agroécologie et l’agroforesterie. La femme d’affaires se sentit gênée et a décidé d’entreprendre dans l’agriculture durable et l’élevage avec les jeunes du village, c’est ainsi que cet achevé cette pièce de théâtre.     

Par audry Mbal