Mme Marie Madiangu, une femme leader qui milite pour la sécurité alimentaire et l’éducation, interview de Papa Issa Lingbelu

Mme Marie Mandiangu ONG LEVAIN DES MASSES
Soutenons la cfledd

Dans le cadre de la rubrique parole aux femmes leaders, l’équipe de la Commission IEC et plaidoyer de la Cfledd a organisé une interview avec la secrétaire générale de l’organisation non gouvernementale « LEVAIN DES MASSES ».

Parlez-nous de vous ainsi que votre organisation ?

Je suis Madame Marie José Kandoma Madiangu, la secrétaire générale de l’organisation non gouvernementale « LEVAIN DES MASSES ».

Je suis le relais du point focal de Kongo Central dans la cité de Kinkoka, dans la  ville de Kinsatu dans le territoire de Madimba au Kongo Central membre de la coalition des femmes leaders pour l’environnement et le développement durable en sigle Cfledd.

Pourquoi LEVAIN et MASSE, d’où vous est venue cette inspiration ?

LEVAIN DES MASSES est une structure qui existe depuis l’année 2000. Nous avons choisi ce nom parce que la levure lève la patte; nous sommes le LEVAIN dans la population en en répandant nos objectifs pour leurs conscientisations et autonomisation. Car même quand le pain est prêt on ne voit pas la levure voilà donc notre travail un travail comparer à la patte.

Qu’est-ce que vous faite comme activité ?

Le LEVAIN DES MASSES a comme cheval de batail la sécurité alimentaire qui ne peut se réaliser qu’avec les actions des productions, transformations, commercialisations et c’est jusqu’à la consommation.

Nous nous sommes fait un site et un centre de formation, où les femmes et les jeunes viennent apprendre comment planter avec les nouvelles techniques pour ne pas dégrader le sol et ne pas détruire la forêt. Comment faire l’agroforesterie en maitrisant les interactions entre les cultures et les arbres. Car ici à Madimba vous remarquerez une très forte savanisation (qui peut faire paraître le désert) et les arbres ont disparu et la culture de manioc commence à donner de petits tubercules parce que la terre n’est plus fertile.

Quant à l’utilisation des bois, nous sommes dans les foyers améliorés pour chercher à conserver la forêt. Ne pas la détruire au profit de la braise.

Au sein de LEVAIN DES MASSES vous trouverez les jeunes gens qui apprennent l’agroforesterie, les filles la coupe et couture et la transformation alimentaire.

Parlez-nous de votre organisation et leadership ?

Pourquoi donner les terres aux femmes ?

Vue du site de L’ONG LEVAIN DES MASSES

Vous savez que la CFLEDD c’est la coalition des femmes leaders pour l’environnement et le développement durable. Pour être leader il y a de critère et notre organisation faisant partie de la coalition, nous sommes appelées à se conformer et se former en qualité des bonnes leaders dans notre coin.

Nous devons  quitter le niveau du parler, pleurer mais passer en action tout en motivant, encourageant les autres femmes à extérioriser leurs compétences dans la sécurisation alimentaire avec des réalisations concrètes.

Notre objectif c’est d’aider les femmes leaders autochtones du coin ayant leurs terres à en tirer profit tout en sécurisant leurs droits pour leur permettre un travail sans conflit. Parce que quand la femme a la terre, elle plante et sait que si aujourd’hui je ne mange pas le plantain, demain elle mangera le pondu ainsi de suite.

C’est juste  pour vous dire que quand la femme a la terre et la gère bien.

La première ressource de la femme c’est la terre ; sans celle-là, la femme ne peut pas prétendre à une autonomisation surtout dans le milieu rural.

Une femme sans terres c’est une femme pauvre avouée à la pauvreté.  La lutte que nous menons est que les femmes qui ont perdu leurs terres puisent la récupérée, c’est vraiment un cheval de bataille. Car toutes les femmes rurales ici recours à la terre. Or les hommes ici sont devenus de grand propriétaire voire même de faux propriétaire. Vous pouvez imaginer que dans un village les hommes voient qu’une femme est le chef du village, les hommes vont aller l’attaquer pour avoir la terre et s’accaparer de ça. Parce que c’est une femme.

Etant qu’une femme leader nous devons nous tenir debout et vraiment coup de chapeau à la CFLEDD pour toutes ces informations et formations parce que ça nous a bien éclairé pour que nous puisons poursuivre notre lutte.

Un message à la CFLEDD

Etant que femmes leaders on ne peut pas dire que les formations sont terminées, on doit continuer à être formée parce qu’il y a de petite faiblesse que nous accusons peut-être parfois quand nous faisons les plaidoyers nous ne réussissons pas. Les femmes sont dans des conflits et elles sont menacées de perdre leurs terres et elles sont nombreuses donc nous demandons l’accompagnement de la CFLEDD dans ce combat.

Vos mots de la fin. 

Je sais que la mission de CFLEDD est venue pour un cas spécifique une femme leader qui a des sérieux problèmes et en train de perdre son village tout simplement parce qu’elle est femme ; alors la leçon que je peux en tirer  c’est la persévérance comme bouclier.

Nous demandons aux partenaires de nous soutenir parce que c’est une grande lutte, c’est un cas parmi tant d’autres.

Nous devons maintenant quitter nos bureaux pour descendre sur le terrain pour voir les réalités que les femmes vivent et se rendre compte comment les aidés. Nombreuse femmes sont en souffrance à cause de la terre.